« Une vie suspendue dans une prison »

Sous les décombres du soleil
Et le bruit des bombes,
L’injustice retentit:
Aubes déchirées,
Corps enveloppés de linceuls,
Orage de la honte qui gronde
Dans un jardin oublié sur la grève,
Ségrégation quotidienne des Palestiniens,
Blocus de son enclave côtière
Où personne n’a le droit ni d’entrer ni de sortir,
Innombrables violations du droit international,
Meurtres délibérés, en toute impunité
Par un oppresseur sans loi et sans foi
Qui impose avec une barbarie inqualifiable
Son joug, ses ignominies, et ses agissements

Gaza, la vie suspendue dans une prison:
Désarroi, misère, détresse
Malheur, destruction, tribulations douloureuses
Répression coloniale, folie meurtrière,
Champs de ruines labourés par des criminels,
Cruelle réalité et conditions désastreuses,
Grande peur inculquée par les colonisateurs des esprits.Gaza, tes larmes posthumes se noient dans une mer d’amertume !
Toi qui as grandi parmi les morts,
Les nuits de cauchemar et de souffrance,
Ton toit est ciel dans cet étouffoir
Où l’estran est inaccessible,
Ou l’injustice est gravée sur les tombes.
Dans l’indifférence du monde,
Tu panses les plaies d’un massacre
Avec le soutien des âmes solidaires,
Avec ta patience qui est un génie.
Tu luttes contre l’arbitraire
Et malgré ta douleur et tes meurtrissures,
Tu n’as pas de haine.

L’injustice t’a rendue plus forte !
Grâce à la ténacité de ta volonté de vivre
Ton esprit de droit et de justice l’emporte.
Tu as la force de pardonner, encore et encore.
L’espoir qui te soulève,
L’invincible courage qui te conduit,
La patience qui t’honore,
La résilience qui te domine,
L’endurance qui t’accompagne
Et ton optimisme intraitable
Rendent ta vie plus forte que la mort.
Cette vie est lumière dans la nuit sombre,
Elle est flamme fragile, mais forte et haute
Pour toi qui oses être encore plus résistante
Que les temps résistants.

Ton nom est toujours inscrit dans la lumière du jour,
Toi, la pierre ouverte sur le livre des contours,
Toi, la nourricière de nobles espoirs.
Viendra le jour où tu briseras les barreaux de ta prison.
Viendra le jour où seule vaincra la justice.
L’avenir te donnera raison !
Tu seras sauvée de la flagellation du tortionnaire.
La paix aura le dernier mot.
Ta souffrance ne sera pas vaine.
La justice rendra gloire à l’injustice
ET tu souffleras les bougies de la liberté.
Avec ta joie inextinguible
Tu assureras le bonheur de l’humanité
Car tu as choisi de vivre et de mourir débout.
Gaza, tu vivras, car tu es le poème de toutes les résistances
Un poème qui parle d’humanité,
Un poème qui touche chaque cœur,
Un poème comme mon peuple,
Plein de ressources pour triompher !

 

Poème de Ziad Medoukh

0%
Awesome
  • Criteria