Journal de bord n°34
Paris Gaza
22/12/12

GAZA !

Après trois jours au Caire dans un nuage de pollution qui fait passer Athènes pour une station balnéaire, accompagné de Habib, français de Tunis qui m’a rejoint pour la dernière étape, nous avons pris le bus à 8 heures du matin en direction de El-Arich, dernière ville égyptienne avant la porte de Rafah. Voyage assez long pour qui a de grandes jambes dans un bus étroit, ce qui est notre cas à tous les deux. Nous avons traversé le canal de Suez et le désert du nord du Sinaï en évitant miraculeusement absolument tous les contrôles des barrages militaires égyptiens.

Arrivés à El-Ariche nous avons été pris d’assaut par une horde de taxis qui voulaient nous conduire à la porte de Rafah. Après négociation nous avons choisi le plus bruyant.

Et nous lui avons annoncé, une fois en route, que nous nous passions pas par la porte de Rafah mais par les tunnels, ce qui l’a rendu plus silencieux et à fait augmenté le prix de la course…

il nous déposé dans la partie Égyptienne du village de Rafah, puis nous avons été pris en charge par un triporteur qui nous conduisit jusqu’à une petite maison de quartier tout en parpaing. Quelques dédales et nous entrions dans un garage dont le sol était béant…le tunnel.

Avant de l’emprunter il fallait autorisation préalable du Hamas, qui ne la donne que si l’on a un contact de l’autre côté pour nous récupérer. A cet effet j’en avais contacté trois… qui, nous l’apprendrons plus tard, contactèrent tous le même représentant d’une association caritative chargé entre autres choses de gérer les activistes internationaux.

Nous avons attendu une petite heure à l’entrée du tunnel en buvant du thé. C’est alors que nous avons vu sortir deux petites filles du tunnel dont une habillée en rose, suivie par trois femmes en burqua… drôle d’impression, drôle de monde où de petits anges doivent jouer aux évadées… puis le frère du président du Hamas, celui qui remplace le cheikh Yassine… Puis des colis partirent dans l’autre sens. Une poule dans un panier sortira aussi de Gaza, etc. Des hommes dans un sens, des marchandises dans l’autre. Sans que ce soit le métro parisien, on peut parler d’une fréquentation au rythme régulier.

Enfin l’autorisation tomba pour nous. Un colosse empoignant nos trois sacs les plus lourds nous ouvrit la route dans un tunnel ressemblant aux galeries des mines, étayées sur toutes la longueur. De hauteur d’homme, éclairé d’une ampoule tous les trois mètres et s’enfonçant en pente douce dans les profondeurs sur environ 200 mètres. Arrivés au bout nous empruntions un monte charge qui nous sorti d’un large puits étayés de briques. Nous voilà arrivé à Gaza ! plein soleil…

Pris en charge ensuite par un de mes contacts du doux prénom de « Islam » nous avons été conduit au siège d’une association humanitaire locale qui nous a trouvé deux francophone qui se mettent généreusement à notre service toute la semaine où nous allons rester. Nous avons été logé dans l’hôtel Palestine, où séjournait régulièrement Yasser Arafat….

Demain nous allons rendre visite au centre éducatif de Beit Lahia…et je prendrai le temps de raconter ce que je vois…

mais le bus à eu raison de moi et je vais m’allonger…au moins jusqu’à demain !